Qu’est-ce qu’un allié homme, si cela peut exister ?

Pour que les luttes fonctionnent correctement, les hommes qui se sentent concernés devraient faire barrage aux autres hommes, et au harcèlement qu’ils propagent. Pour que les femmes puissent être productives. Pour qu’elles puissent s’exprimer pour elles-mêmes, et pour les autres animaux.

Si les hommes alliés existent, ils ne peuvent pas juste être ‘d’accord’ avec certaines théories féministes, ils doivent s’investir pour garantir aux femmes le droit de parole. Bien qu’ils ne puissent partager la charge émotionnelle et psychique des femmes et se rendre compte de ce qu’elles subissent, ils peuvent et DOIVENT s’opposer à leurs pairs, sans jamais rien demander ou attendre en retour, même pas de l’attention. Une alliance doit aider les concernées, sinon ce n’est pas une alliance, sinon ça ne sert à rien. Un allié, s’il existe, doit servir à faire barrage et à prendre les coups. Certainement pas s’étaler partout, avec des belles phrases et des belles promesses, certainement pas chercher la confiance des femmes pour mieux les manipuler.

« Comment obtenir le droit de me considérer comme féministe? »

Pourquoi faire ? Pourquoi vouloir ce “droit” ? Les hommes n’en ont pas assez ?

« Je veux en être un »

Mais on n’est pas à la cantine où on choisit son menu. Soyez humbles et battez-vous, même si cela vous dépasse. Féministe n’est pas un label de bonne conscience, encore moins un terme que l’on utilise à tout va sans réflexion. Et autant vous prévenir, ce n’est pas non plus une possibilité pour être plus « aimable » aux yeux des femmes. Soyez-en certains.

Vous ne croyez pas que vous, les hommes, nous massacrez assez pour en plus oser vous réclamer nos alliés ? Ce comble. Ce n’est pas à vous d’imposer aux femmes qu’elles vous incluent ou vous cautionnent. Ce serait cool pour votre culpabilité, n’est-ce pas ? Mais on ne veut pas de votre union, on veut la suppression de votre domination, et gérer notre propre organisation sociale. Se réapproprier notre empathie. Ce que l’on veut, c’est la solidarité entre femmes et ne plus être divisées par les hommes. Construire par et pour nous-mêmes, c’est à dire la sororité.

Les hommes prétendraient-ils êtres éducables pour préserver le statu quo et donc leur domination ? Les femmes doivent-elles éduquer les hommes ? Mais où va-t-on là ? Pourquoi cette double peine ?

Ce n’est pas une question d’éducation et/ou d’ignorance mais de DOMINATION, c’est le nerf de la guerre. Il y a conflit d’intérêts, les hommes ne veulent pas lâcher les privilèges qu’ils ont acquis sur le SANG DES FEMMES. Et un conflit d’intérêts ne se règle pas par l’éducation, cela ne fonctionne pas.

Des hommes conscients ne parasiteraient pas les femmes. Des hommes qui essayeraient de nous prouver qu’ils sont vraiment engagés ne nous prendraient pas la tête pour comprendre le problème. Des hommes qui seraient de potentiels alliés ne diraient pas qu’ils le sont, ils agiraient. Et ils sauraient pourquoi on parle de leur classe comme ça. Ils ne se positionneraient pas en “victimes de misandrie”, ils seraient humbles ou du moins essayeraient de l’être. Ils feraient attention à ce qu’ils diraient ou mieux ne parleraient pas souvent. Et ils ne prendraient pas les choses personnellement en se repliant sur leur fragilité masculine. De « vrais alliés » ne diraient pas qu’ils sont féministes. Ils ne voudraient ni gloire, ni honneur, ni reconnaissance de quoi que ce soit.

Le deuxième acte le plus militant pour un homme, c’est de s’opposer aux siens (non, on ne peut pas dire le premier)

Nous avons renoncé à ce que les hommes comprennent ce que les femmes endurent, c’est impossible. Il faut un minimum d’empathie. Mais qu’ils commencent à remonter les violences pour les empêcher, ou à s’y opposer quand elles se présentent, semble un bon début. Sans ça, vous pouvez toujours déblatérer votre science, on s’en cogne.

Vous êtes là à vous féliciter et à vous soutenir, à vous auto-congratuler, même quand vous êtes des ordures et que tout le monde le sait et fait semblant, pendant que les femmes se ruinent à expliquer les choses et que vous ne leur accordez que spoliation et isolement. Tant que vous ne stoppez pas les féminicides, vous n’êtes rien. Ça semble logique ? Parce que voir des hommes qui tuent, ou qui laissent tuer des femmes, tout en se prétendant alliés, c’est la double peine.

Dur d’imaginer des alliés en ceux qui ne disent pas un mot face aux actes d’humiliations et de violences quotidiennes. On ne parle pas seulement du Jean-lourdeau dans le métro. On ne parle pas seulement des hommes « extérieurs » à vos vies, et qui peuvent être labellisés « sombres merdes » car ils sont loin de vous, identifiables et stéréotypés, justement pour éviter de voir qu’en réalité le problème est bien plus répandu et dans la façon même dont vous gérez et occupez l’espace. Vous êtes le problème et vous êtes partout.

On parle aussi et surtout de votre entourage. On parle de celui qui, honteusement, parle de liberté d’expression sur internet pour légitimer des propos dégradants envers les femmes, de celui qui écrit des livres sur le féminisme alors que les féministes radicales avant lui ont fait tout le travail de dénonciation et de théorisation de la violence, de celui qui se farde de compliments et de reconnaissance pour avoir honteusement plagié la parole des femmes, de celui qui peut dire « je suis féministe » et être applaudi pour autant d’engagement, quand les femmes ont des risques vitaux quand elles affirment qu’elles sont féministes, de celui qui sera bien plus entendu que les femmes, alors qu’il ne fait que répéter ce qu’elles ont crié, de celui qui profite de ce mouvement de lutte sociale pour créer un consentement “moral” envers sa propre classe, pour se prémunir de la séparation qui guette, de celui qui, probablement, vous a élevé, de celui qui va à la fac avec vous, de celui avec qui vous riez, de celui avec qui vous allez faire du sport, de celui avec qui vous créez, de celui qui sort avec votre sœur ou votre amie. De ceux que vous voyez tous les jours, et sûrement même, vous. Voilà : vous tous qui, de près ou de loin, de pire ou de moins pire, tirez directement profit de la confiance des femmes.

Sauf que vous ne voyez pas le problème. Vous ne voyez pas ce que nous voyons, vivons et subissons tous les jours, parce que ça ne vous porte pas préjudice à vous. Ça ne vous tue pas, ça ne vous humilie pas, ça ne vous essouffle pas vous.

Vous croyez que pour nous la lutte est distanciée ? Qu’elle est dirigée uniquement vers des inconnus ? Non, on parle de nos pères, de nos amis, de nos « ex », de nos collègues de bureau, de nos « beaux-frères », etc. etc. Faudrait chercher les alliés dans la masse ? Faudrait les mettre en valeur, se focaliser dessus ? Pourquoi faire ?

Vous pensez que faire des choses normales fait de vous des alliés ?

Refuser la porno, la prostitution, le mariage, la paternité et tous les stéréotypes de genre. Remettre totalement en cause votre sexualité centrée sur votre pénis, et sa masturbation à l’intérieur des femmes, au lieu de lutter pour imposer la contraception aux femmes. Ne plus avoir d’objectif de carrière et de famille. Ne plus se mettre en couple avec des femmes. Arrêter de croire que les femmes sont vos biens publiques et privées. Ne pas rire aux blagues misogynes et s’opposer à ceux qui en font. Vous ne comprenez que la violence, c’est pour ça que c’est inutile si vous dites entre vous, « s’il vous plaît les gars ». Ce qu’il faut, c’est s’opposer et se désolidariser de ces hommes ; ça va remuer votre petit confort social.

Vous étiez où quand Jacqueline Sauvage a été jugée et emprisonnée pour s’être défendue ? Vous êtes où quand Bertrand Cantat fait des concerts ? C’est assez impressionnant de voir qu’il y en a toujours pour brandir le principe de présomption d’innocence pour les agresseurs, harceleurs, et autres violeurs. C’est aux hommes de prouver qu’ils sont innocents, et non aux femmes de prouver qu’ils sont coupables. Les « sources sérieuses », c’est la parole de la victime, ça devrait être suffisant, pas que pour les « alliés » mais pour tous les êtres décents. Et si vous avez “peur d’être accusés à tort” (sic) et bien ne relationnez pas avec des femmes.

Et donc vous êtes où ? Moi je vais vous dire où vous êtes. Vous êtes en train de regarder de la pornographie, ou de violer une femme, ou de la tuer, ou de compter combien vous avez gagné d’argent, ou de rire entre potes, indifférents aux lois et mœurs misogynes (1). Vous êtes dans l’homoérotisme et la bromance, tout en nous imposant l’hétérosexualité pour posséder nos fonctions biologiques.

Vous n’en avez rien à faire des femmes, de leurs droits ou de la justice sociale. MAIS DITES-LE. Combien d’entre vous ont considéré Jacqueline Sauvage comme une tueuse qui mérite d’aller en prison ? HEIN, les « alliés » ? Vous êtes où quand les hommes se revendiquent femmes et veulent avoir accès à nos espaces ? VOUS ETES OU, ALLO, on pourrait en faire une chanson. VOUS ETES OU, on ne vous voit pas. Avec vos têtes bien pensantes et votre politiquement correct.

BREF, les alliés cette vaste fumisterie. Les femmes s’occupent à chercher des alliés dans un océan de violeurs et de tueurs, y’en a toujours que pour les hommes. Ce n’est pas à nous de vous dire comment être alliés. C’est à vous, ENFIN, de montrer QUI vous êtes.

Les hommes sont persuadés que leurs intérêts sont ceux de toutes les autres personnes sur terre, animaux et femmes… Ils sont aliénés par leur propre condition.

(1) Les lois et les mœurs dans notre société patriarcales sont misogynes et protègent les hommes, donc ils peuvent vivre sans se soucier de la loi (au sens purement punitif/abstrait) .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s